• L'enka, c'est un style de chanson japonaise, assez vieillotte / kitsh, qui parle surtout d'amour malheureux et de nostalgie du pays natal.C'est le genre de chanson qui plait bien à la ménagère japonaise de 50 ans et plus.

    Je ne sais pas pourquoi mais en fait j'aime bien regarder des programmes de enka à la télé  ou voir des vidéos sur youtube par exemple et d'essayer de chanter en même temps en déchiffrant les paroles qui défilent en bas de l'écran (je vous laisse imaginer le tableau).

    Ce qui m'a valu une réflexion de la part de ma douce moitié: "Bravo... Maintenant tu es prête pour aller au karaoke avec ma grand-mère".

    Il se moque mais en attendant, grâce au visionnage intensif de "enka", je maîtrise parfaitement les kanjis

    - de la larme (namida)

    - de la solitude (sabishiii)

    - de la tristesse (kanashiiii)

    - du froid (samuiiiii)

    - du vent (kaze), souvent samuiiiiii

    - du coeur (kokoro)

    - plus bizarement, du dos (mais un amour n'est pas malheureux sans amoureux qui nous tourne le dos)

    Prochaine étape: je combine tous ces termes et je crée mon propre enka.

    Sabishiii kokoro, tsumetaiiiiii namida ....

    En attendant, une petite vidéo.

    Si vous vous concentrez bien, à la 59ème seconde vous l'entendrez dire "kaze", "kokoro", "samuiii" (histoire de vous prouver que je ne vous avais pas menti)

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui j'ai pu une nouvelle fois expérimenter le "service" à la japonaise.

    Je me baladais avec un copain quand je me suis rendu compte que mon téléphone portable était presque déchargé. Ni une ni deux il (le copain, pas le téléphone) me demande quel est mon opérateur et va se renseigner pour savoir où l'on peut trouver un magasin dans les environs.

    Arrivés à la boutique, nous sommes immédiatement pris en charge et on nous explique comment recharger le portable. J'ai pu mettre mon téléphone dans une sorte de petit coffre-fort me permettant éventuellement d'aller me promener en toute tranquillité pendant qu'il faisait le plein d'énergie. Sauf que comme on ne voulait  le recharger que pour 10 minutes on a demandé si on pouvait attendre dans le magasin. Bien sûr que oui, on nous a installés sur une confortable banquette. 30 secondes plus tard une charmante vendeuse nous apporte deux verres de thé glacé. 10 minutes plus tard l'affaire était pliée.

    Non seulement nous n'avons rien eu à payer mais en plus on nous a dit "merci" quand nous sommes sortis du magasin.

    Comme disait le copain qui m'accompagnait "Bienvenue au Japon"


    1 commentaire
  • Ce soir le professeur Village en Bois* et sa femme nous ont invités, mon chef et moi, dans un  resto chic de Kyoto. Ils voulaient certainement nous remercier de les avoir invités dans un bon resto parisien  lors de leur visite dans notre labo il y a quelques semaines de cela. Je tiens à préciser tout de suite qu'aucun de nos invités japonais n'a été mal traité ce jour-là: ni grenouille, ni fromage qui pue ni même escargot.

    Par contre, pour nous ce soir, ça a démarré direct: fugu en entrée. Au moment d'avaler la première bouchée, j'explique à mon chef, qui maîtrise moyen les us et coutumes du Pays du Soleil Levant: "Mais, siii, tu sais, le fugu, le poisson empoisonné... Prie pour que le gars en cuisine soit un bon et il ait découpé la bestiole comme il faut, sinon on va tous y passer dans les 3 minutes. Mais garde le sourire, il faudrait voir à ne pas vexer nos hôtes". Mon chef a eu un petit rire nerveux, il a fermé les yeux et a avalé bravement son poisson. On a attendu 3 minutes et puis on a recommencé à respirer: rien, tout le monde était bien vivant.

    Après le fugu, on a enchaîné sur différents petits plats sympas jusqu'au moment ou est arrivé une préparation mystérieuse: un ragoût de tofu et de poireau au miso avec au milieu de tout ça un truc qui ressemble à de la cervelle de mouton mais en beaucoup plus petit et plus mou.

    Moi "Oh, c'est quoi ce truc, c'est rigolo".**

    Mme Village en Bois en japonais: "C'est euh, vous savez, une partie  du poisson, là."

    Elle montre son ventre, au niveau de l'estomac. Comme j'ai déjà mangé du foie d'anguille, je me dis qu'elle n'est pas trop forte en anatomie en qu'elle veut peut-être dire "foie". Cela dit, le truc en question ne ressemble pas du tout à du foie...

    Elle rajoute: "C'est chez les hommes seulement. Vous connaissez les oeufs de poisson? C'est pareil mais pour les poissons mâles".

    Là, je regarde mon chef, en train de savourer son plat. Il me demande: "Qu'est-ce qu'elle dit? C'est quoi ce truc blanc?"

    Hum... comment lui annoncer sans qu'il ne vomisse tout, instinctivement...

    Au bout d'un moment de flottement ("Mais, si, chef, tu sais, il y a les choux, les roses, les gonades, les oeufs de poisson chez les dames poissons et "ça" c'est les messieurs poissons qui le fabriquent, pour faire des bébés poissons.), l'oeil de mon chef s'allume: il a compris et il s'exclame en plein restaurant, mi-content d'avoir compris, mi-écoeuré:

    "Ah!! Mais c'est du sperme de poisson!!"

    Oui chef, mais surtout continue à sourire. ***

     

     

     

     

    * pour cette fois, exit Gros Rocher et ses potes, je suis à Kyoto et je me suis fait de nouveaux amis

    ** bon, en vrai, je ne parle pas comme ça surtout devant un prof japonais et son honorable épouse, mais l'idée est là

    *** cela dit, une fois la première surprise passée on a trouvé ça très bon. Pour un autre récit de cette expérience de l'extrême, regardez par ici: http://naniweb.fr/post/2007/02/09/24-cette-fois-c-etait-vraiment-la-premiere


    8 commentaires
  • Aujourd'hui: le revisionnisme a la japonaise

    Si comme moi votre tension est un peu basse et que vous voulez la faire remonter d'un coup, je vous propose d'aller faire un tour du cote du temple Yasukuni a Tokyo et du musee y attenant.

    Deja, le nom de l'endroit est plutot interessant vu que "yasukuni" signifie "pays pacifiste", alors que sanctuaire plus musee sont consacres a la gloire des japonais morts pour le pays. Au debut, meme si le sanctuaire n'a pas tres bonne reputation, je me suis dit, pourquoi pas, apres tout si c'est pour faire passer un message du style "la guerre c'est pas bien, regardez tous ces braves gens qui sont morts. Maintenant, on dit stop, on veut devenir un "pays pacifiste" d'ailleurs c'est inscrit dans notre constitution et sur la porte du sanctuaire. Et puis, tous les autres pays prenez en de la graine. Peace and love, quoi, merde". Mais, bon, non, ca n'a pas l'air d'etre vraiment le cas en fait. Le temple ca va encore, c'est joli, enfin, c'est un temple comme on en voit partout ici (sauf les deux grosses tori en fer)  mais deja il parait que c'est beaucoup plus anime vers le 15 aout... Par contre, quand je suis entree dans le musee et que j'ai vu ce qu'on y racontait, j'ai du faire un gros effort pour ne pas retourner a l'accueil faire avaler le ticket d'entree a la petite dame qui me l'avait vendu.

    La facon de presenter l'histoire dans ce musee  est en effet pour le moins surprenante. Je veux bien croire que concernant la seconde guerre mondiale l'enseignement que j'ai recu en France soit quelque peu "oriente" mais la ca atteint de telles limites que ca en devient grotesque. Pour tenter de resumer l'idee generale, le terme "soldats japonais" est souvent associe a "valeureux" "glorieux" "courageux", celui de "soldats chinois" ou "soldats russes" aux termes "agressifs" ou "laches". Quand c'est une fois, ca passe (apres tout, hein, c'est un musee a la gloire des soldats japonais, pas des soldats chinois ou russes, manquerait plus que ca) quand vous vous payez ca pendant 2 heures de visite, ca commence a ennerver serieusement. Globalement, toutes les interventions militaires du Japon en Asie, c'etait pour le bien des peuples. D'ailleurs, si de nombreux pays asiatiques ont accede a l'independance c'est grace au Japon. Parce que le Japon, par sa victoire sur la Russie en 1905 a montre qu'il etait possible pour un pays asiatique de lutter contre la suprematie ocidentale. Oui, c'est une facon de voir les choses.

    Mais ce n'est pas tout. Sur l'episode de la 2eme guerre mondiale, ce n'est pas mal aussi.

    On apprend par exemple, au detour d'un panneau, que vers la fin des annees 30 l'Allemagne "decide d'etendre son territoire" (sic) et que quand les allemands arrivent en Pologne en 39 "les anglais et les francais declarent la guerre a l'Allemagne ce qui declenche la deuxieme guerre mondiale". Ensuite, petite phrase remarquable "La Russie profitant du debut de la guerre entreprend une politique agressive d'extension de son territoire". Ah bon, parce que l'Allemagne ce n'etait pas agressif?

    Sur l'accession d'Hitler au pouvoir:apres la premiere guerre mondiale l'Allemagne etait dans une situation economique desastreuse, elle avait perdu une grosse partie de son territoire (a plusieurs endroits de l'expo on s'etend sur le sort miserable de l'Allemagne d'apres guerre. Je suis d'accord mais alors il faut tout dire de facon impartiale). Hitler a propose de redresser le pays et donc il est arrive au pouvoir. Aussi fastoche que ca. Par  contre, en Russie, ca ne va pas du tout. Il y a Staline au pouvoir et lui c'est un tres gros vilain. La Russie subit un "regime dictatorial" (et l'Allemagne sous Hitler c'etait une republique democratique peut-etre?), Staline organise "purges sur purges" (pas un mot des camps de concentrations allemands ou du genocide juif dans tout le musee...) et son but est de "dominer le monde" (notez bien la difference: Hitler, il veut juste "etendre son territoire"; Staline, lui, il veut "dominer le monde").

    Ensuite on a tout plein de frises qui essaient tant bien que mal, en faisant une chronologie detaillee des evenements, de montrer que le Japon etait oblige d'entrer en guerre (a de nombreuses reprises dans le musee, c'est ce qui ressort des textes affiches: le Japon n'a jamais voulu les guerres dans lesquelles il s'est engage, ce n'est jamais sa faute, mais il a toujours ete "force" par des pays qui ne lui laissaient pas "d'autre choix"). La, pour la seconde guerre mondiale, les fautifs ce sont les americains qui ont interet du point de vue economique a laisser la situation pourrir (OK, mais la encore, si on veut une vraie approche historique, il faudrait analyser un peu plus systematiquement les interets de chacun, dans les deux camps).  En plus les americains refusent de dialoguer avec le Japon alors que, et c'est souligne maintes fois, les japonais ont tout fait pour engager et continuer les negociations.

    Bon, ensuite on a droit a tous les recits des batailles ou les valeureux soldats japonais ont vaillamment combattus leurs ennemis et inflige "de lourdes pertes" aux troupes adverses. Apres, sur la fin, quand c'est l'armee japonaise qui s'en prend plein la tete, bizarrement on utilise un vocabulaire moins grandiloquent. La ou j'ai ete decue, c'est sur les kamikazes. Presque rien sur eux si ce n'est un petit panneau qui parle pudiquement "de forces d'intervention speciales (aussi appellees "kamikaze") ". Mais bon, on n'en apprend pas plus sauf que les gars de ces forces d'intervention et bien ils etaient en avion...Nooon? Vraiment? Merci, super precis comme explication. Les kamikaze, c'est pas ceux qui se jetaient vivants sur des cibles ennemies et qui se faisaient exploser avec leur avion, non? Pourquoi ce n'est pas ecrit? Ce n'est pas si dur a expliquer pourtant (c'etait peut-etre dans la version japonaise, remarquez, moi je n'ai lu que les panneaux en anglais).

    Bref. Il y a des moments ou j'ai un peu decroche mais ou une expression du style "ce que le Japon a toujours voulu" en parlant de l'independance de la Coree m'a reveillee. Le Japon a toujours souhaite l'independance de la Coree? Dingue, j'avais jamais vu ca sous cet angle. En tout cas, meme en relisant attentivement les panneaux sur la guerre en Coree je n'ai rien compris, sauf que le Japon, et ben heureusement qu'il etait en Coree parce qu'avec les vilains chinois juste a cote, ouh la la, ca craignait trop.

    Pour moi l'apotheose au musee ca a quand meme ete le recit de la prise de Nankin. Le texte exact en anglais que j'ai retrouve sur le net donne ca : ‘Gen. Iwane Matsui warned Chinese troops to surrender, but Commander-in-Chief Tang Shengzhi ignored the warning. Instead he ordered his men to fight to the death and then abandoned them. The Chinese were soundly defeated, suffering heavy casualties. Inside the city, residents were once again able to live their lives in peace.''

    Pour ceux qui font une allergie a l'anglais ici (j'en connais deja 2 :) ): « Le general Iwane Matsui demanda aux troupes chinoises de se rendre mais le commandant en chef Tang Shengzhi ignora la mise en garde. A la place, il ordonna a ses hommes de se battre a mort et les abandonna. Les chinois furent battus a plate couture et souffrirent de lourdes pertes. Dans la ville, les habitants purent a nouveau vivre librement »

    C'est fou, ce n'est pas du tout comme ca qu'on en parle generalement, dans la version historique communement admise.

    Bon, a part ca, j'ai loupe le drapeau peint avec du sang dont parlait mon guide. Va peut-etre falloir que j'y retourne alors. En plus, ca fera certainement plaisir au directeur vu qu'il voudrait,semble t'il, que plus de gaijins visitent le musee...


    16 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique